Mozaïk RH – La promotion de la diversité au travers du recrutement

Rencontre avec Saïd Hammouche, entrepreneur social aux multiples casquettes qui évoque avec nous sa mission pour un recrutement inclusif au travers de Mozaïk RH et sa fondation éponyme.

« 2021, l’année de l’accélération pour le recrutement inclusif ». Concrètement, qu’est-ce que propose Mozaïk RH aux entreprises ? Quelle expérience de recrutement ?

Nous leur proposons d’entrer dans un cercle vertueux, pour elles comme pour la société : celui du recrutement inclusif. Trouvez-vous normal qu’à compétences égales le cv d’un candidat soit écarté au seul motif qu’il habite Bondy, Trappes ou Corbeil-Essonnes ? Ou que son nom est d’origine étrangère ? C’est inconcevable qu’on puisse encore constater de tels comportements au pays de l’égalité ! Les dirigeants comme les recruteurs doivent donc faire évoluer leurs méthodes de recrutement. Encore faut-il savoir comment, dans quelles directions, avec qui. La Fondation Mozaïk met en place des dispositifs destinés à faciliter la rencontre entre les recruteurs et les talents issus des territoires moins privilégiés. Nous avons notamment lancé une plateforme de recrutement numérique, DiversifiezVosTalents.com, pour donner un accès gratuit à tous les talents. Les entreprises peuvent y déposer leurs offres et, grâce à un algorithme de matching, elles reçoivent immédiatement une short-list de candidats pertinents et issus de la diversité. Le recrutement inclusif impose d’agir sur les stéréotypes et les préjugés. Aussi, proposons-nous des prestations de conseil et de formation par le biais de notre filiale, le cabinet Mozaïk RH. Et, in fine, l’objectif est bien de passer à l’acte et de faire évoluer les pratiques. Nous accompagnons donc les entreprises au plus près de leurs besoins. Vous le voyez, à l’incantation, la Fondation Mozaïk préfère l’action.

Et quelle promesse pour les candidats ?

Il y a quelques jours, lors du lancement à Paris du plan #1jeune1solution pour aider les jeunes à surmonter la crise en Ile-de-France, j’avais à mes côtés une jeune bénéficiaire de nos programmes, Kady Badiang. Sa satisfaction d’avoir enfin trouvé une alternance chez Total dans le domaine de la communication, ça vous booste… Ce que je retiens aussi de son témoignage, c’est sa fierté d’avoir été recrutée à la hauteur de ses compétences, comme une juste récompense des efforts fournis.  Voilà la promesse qui nous guide : la reconnaissance du talent des candidats issus des territoires moins privilégiés ! Pourquoi la méritocratie s’arrêterait-t-elle aux portes de nos quartiers ? Au nom de quoi ? Comme avec les entreprises, nous n’utilisons pas que des mots pour soigner les maux. La Fondation offre aux diplômés et futurs diplômés des quartiers politique de la ville un cursus complet de préparation à la recherche d’emploi et d’alternance. Coaching individuel, ateliers collectifs, etc. : les candidats prennent ainsi conscience de leur potentiel, parfois de leurs défauts, et apprennent à concrétiser leur projet professionnel. Le jour J, le jour de l’entretien, ils sont prêts ! 30 000 bénéficiaires sont déjà passés par nos programmes.

La diversité est source d’innovation. Pouvez-vous nous expliquer dans quelle mesure selon vous les entreprises ont tout à gagner à recruter différemment ?

La diversité, c’est un carburant de premier choix pour la performance de l’entreprise. Plusieurs études le montrent comme celle du cabinet McKinsey : une « executive team » ouverte, plurielle, améliorerait les performances financières des entreprises de plus d’un tiers. Pour rester agiles et innovantes, les organisations ont besoin de mixer les profils, les modes de pensées, les parcours de vie : l’uniformité rétrécit les horizons là où la diversité les élargit. A l’heure où la société française change à grande vitesse, comment imaginer qu’une entreprise reste figée en recrutant des clones ? Dans un contexte concurrentiel très fort, intégrer des salariés représentatifs de la diversité de ses clients permet de mieux les comprendre, d’accroître leur satisfaction. Faire progresser l’égalité des chances est aussi un enjeu de confiance collective dans les entreprises : dans le dernier baromètre de perception de l’égalité des chances du Medef, 56% des salariés interrogés pensent qu’ils pourraient un jour être victimes de discrimination à l’embauche. C’était 48% en 2018. Et les 25-34 ans sont plus encore sensibles à cette question.

Vous avez co-écrit « Chronique de la discrimination ordinaire » en 2012 qui fait l’état des lieux des discriminations de genre, d’âge, d’origines dans les domaines tels que l’accès à l’emploi, au logement, aux loisirs… et leur nature – directe, indirecte, systémique. Basée sur des enquêtes terrain, d’études et de statistiques, la démarche scientifique de l’ouvrage en fait un référentiel sur le sujet.

En 2020, pensez-vous que la situation se soit améliorée ? Grâce au législateur (peut-être) mais surtout à une certaine prise de conscience de la part des entreprises ?

Il y a évolution…mais pas révolution. D’abord l’impact. Depuis sa création il y a 12 ans, Mozaïk a réussi à placer dans l’emploi plus de 8 000 jeunes. Plus de 1000 TPME ont été accompagnées et près de 80% des entreprises du CAC 40 comme Sanofi, Total, etc. Cette année, en dépit des restrictions liées à la pandémie de la Covid 19, le recrutement inclusif a encore progressé avec le « Plan 1000 jeunes : les entreprises s’engagent » en partenariat avec la préfecture d’Ile-de-France. Ce dispositif expérimental favorise la rencontre entre recruteurs et candidats issus de huit territoires fragilisés et dans des secteurs d’avenir. Mais, ensuite, ne nous racontons pas d’histoire : si la prise de conscience est réelle, les actes ne suivent pas toujours. La compassion a ses limites. Pour mesurer le chemin encore à parcourir, il suffit de lire le dernier rapport du Défenseur des droits sur les discriminations : lors de la recherche d’un emploi, les individus ayant un nom à consonance arabe doivent envoyer plus de trois CV pour décrocher un entretien, deux seulement pour un individu avec un nom à consonance hexagonale. Quand je vois que seules 13% des startups françaises affirment avoir une politique diversité claire, je me dis que le recrutement inclusif relève plutôt de l’exception que de la norme. Mais c’est dans notre ADN : on ne lâchera rien ! La France d’après les discriminations reste à écrire.

Et pour 2021, quelles sont les prochaines étapes pour Mozaïk RH et vos projets autour de l’inclusion ?

Notre boussole, c’est le changement systémique. L’année 2021 sera celle de l’accélération. Nous adaptons notre modèle pour mieux provoquer ce changement systémique et faire évoluer les mentalités. Un groupe se met en place. Le cabinet de recrutement Mozaïk RH prend le statut d’entreprise à mission et sera détenu à 100% par la Fondation Mozaïk, dorénavant fondation actionnaire. Derrière ces adaptations, l’objectif est de nous donner les moyens d’agir en embarquant le plus grand nombre d’organisations, publiques comme privées, sur le chemin du recrutement inclusif. Nous allons renforcer le déploiement digital, avec une plus forte promotion de la plate-forme DiversifiezVosTalents.com auprès des recruteurs et des candidats, et la création d’un Campus digital pour les candidats de tout le territoire. Nous allons continuer à innover, notamment en nouant des partenariats actifs avec d’autres acteurs publics, privés ou associatifs. Nous allons conduire des campagnes de lutte contre les stéréotypes et les idées reçues.

Quant au cabinet de recrutement, il conforte son offre d’accompagnement, de conseil et de formation en diversité proposée aux entreprises et aux organisations. Et puisque nous considérons que le talent ne saurait avoir ni barrière, ni plafond de verre, les équipes développent une offre « executive » destinée à diversifier le recrutement dans le top et le middle management : pourquoi la diversité s’arrêterait-elle à la porte des comités de direction ou à de la haute fonction publique ? Les conservatismes et les résistances au changement sont puissants…

Devenez un acteur de l’inclusion économique via le cabinet de recrutement et conseil en diversité Mozaïk RH

Suivez l’actualité de MozaïkRh sur LinkedIn, Twitter, Facebook et Instagram

Partage cet article

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email