Simplon.co – L’école de la deuxième chance du numérique

Rencontre avec Frédéric Bardeau, président et co-fondateur de Simplon.co, un réseau de Fabriques solidaires et inclusives qui proposent des formations gratuites aux métiers techniques du numérique en France et à l’étranger.

Simplon est LE parfait exemple de l’entreprise engagée : détenteur du label ESUS – Entreprise sociale agréée solidaire, sociétaire de Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif (SCIC), membre de l’EPIC Foundation depuis 2015, labellisé Grande École du Numérique, membre d’Ashoka depuis 2015, Lauréat 2014 de La France s’engage, membre actif du Mouvement Impact France et cofondateur de Tech For Good France.

Bonjour Frédéric, avec près de 90 Fabriques et 10 000 Simploniens, vos diplômés dans le monde, Simplon forme au digital sans discrimination et gratuitement. Comment est née l’aventure Simplon ?

D’une bande de geeks passionnés de technologie et d’impact social qui se sont réunis pour donner vie à une idée toute simple – importer en France en le rendant gratuit et inclusif le concept des “bootcamps” qui sont nés aux USA dans les années 2010 pour former rapidement et efficacement des débutants aux métiers de la tech. Ce qui était dans l’air car quand Simplon “sort du bois” c’est en même temps que l’école 42, le Wagon et d’autres… On s’est rencontré au CELSA où j’intervenais, on s’est découvert un peu plus en travaillant ensemble dans ma première entreprise sociale (l’Agence LIMITE) et ensuite Simplon a fait le reste.

Trouver un business modèle fiable pour une entreprise sociale n’est pas forcément facile. Un véritable défi que de piloter une entreprise de l’ESS comme une startup, en levant des fonds, tout en restant participatif. Quelle place occupe l’innovation pour Simplon ?

Simplon c’est vraiment la quintessence de l’hybridité : 

  • Juridiquement : nous sommes une entreprise sociale mais nous avons aussi un fonds de dotation et une association ;
  • Économiquement : car nous faisons converger des modèles de revenus divers venant de subventions publiques ou privées, de marchés publics, de prestations mais toutes nos formations sont gratuites pour nos apprenant.es qu’ils soient demandeur.euses d’emploi ou salarié.es ;
  • Et enfin en terme de culture : moitié start/scaleup mais nos investisseurs sont solidaires et à impact donc pas “du private equity”, moitié ESS mais accroché à la transformation numérique et moitié organisme de formation mais pas comme les autres…

Simplon Prod est l’agence web de Simplon dans laquelle vous employez quelques Simploniens et Simploniennes. Vous avez développé un solide écosystème inclusif via cette initiative, comment sélectionnez-vous vos partenaires et vos projets ?

C’est une belle aventure dans l’aventure aussi SimplonProd, on en rêvait et un jour une jeune femme nous a envoyé un email pour dire qu’elle avait envie de monter une entreprise d’insertion numérique et donc on l’a reçue, on l’a embauchée et on lui a dit de monter SimplonProd

L’idée était simple : “eat your own dog food” et employer nous mêmes nos apprenant.es formé.es par Simplon pour les faire travailler à des projets digitaux pour des acteurs de l’ESS ou des entreprises qui veulent mettre de la solidarité dans la sous traitance de leurs projets IT. C’est donc une web agency ou une SSII aussi professionnelle que les autres mais avec des équipes issues de Simplon et des clients à impact qui veulent mettre le numérique responsable au cœur de leurs stratégies.

On a des antennes un peu partout en France et bientôt à l’étranger, c’est donc – comme nos écoles – une forme de circuit-court où ce sont des chômeurs locaux, formés localement, qui bossent pour des sites web ou des applications mobiles d’acteurs locaux. La boucle est bouclée, ça marche, on a même une autre filiale qui est une entreprise adaptée avec des personnes en situation de handicap : NUMERIKea, cousine de Simplon Prod.

Vous êtes signataire de l’appel à la « Tech for Good » d’Emmanuel Macron. Vous rejoignez les géants du numérique pour œuvrer à la transition écologique, pour un monde plus durable. Qu’est-ce que cela représente pour Simplon ?

C’est la continuation de notre mission et de notre plaidoyer, et le prolongement de nos actions au quotidien sur le terrain. Simplon c’est vraiment une “tech for good” au sens le plus pur, c’est pour cela qu’on a co-créé Tech For Good France et que je l’ai présidée à son origine. Mais la tech for good c’est aussi les géants de la tech et les grandes entreprises quand ils font des choses bien avec de la tech dedans, ou qu’ils essayent de “ne pas nuire” ou “moins nuire”. Ce sont nos partenaires, pas nos adversaires, et donc on a été impliqué d’emblée par le Tech For Good Summit de l’Elysée aux côtés de La Poste, de Samsung, Cisco, Linagora et d’autres. Nous avons signé le manifeste des deux mains car il va dans le bon sens, tout comme nos programmes communs avec Microsoft, Capgemini, Apple, Orange…

Et pour 2021, quels sont vos projets pour Simplon ?

Continuer notre belle croissance et notre impact mais sans forcément faire grossir Simplon et en chouchoutant au mieux nos équipes qui sont notre actif le plus précieux. Cela veut dire continuer à faire grandir notre réseau de partenaires en France et à l’étranger pour ouvrir de nouvelles écoles. Aussi, nous renforcer sur les personnes les plus fragiles ou les plus difficiles à insérer dans le monde numérique comme les jeunes, les personnes en situation de handicap, réfugiées ou migrantes, les femmes. Participer à amortir les effets de la crise sur les personnes qui vont perdre leurs emplois, donner des compétences numériques à celles et ceux qui en ont besoin, faire notre part pour lutter contre l’illectronisme via la formation de médiateurs numériques pour que le numérique arrête d’exclure. Bref, c’est pas les idées qui manquent, c’est plus les priorités 😉

Rendez-vous sur le site de Simplon.co pour découvrir les Fabriques solidaires et inclusives ainsi que toutes les initiatives qui gravitent dans l’écosystème Simplon.co !  

Suivez l’actualité de Simplon sur LinkedIn, Twitter, Facebook et Instagram

Crédit photo : Thomas Chené pour APEC

Partage cet article

Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email